Retour

VIVRE MIEUX – LES TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES, UNE PREOCCUPATION MAJEURE DANS LE MONDE DU TRAVAIL

23 mai 2015

La santé au travail constitue un sujet cher à tous dans nos entreprises. Une vigilance personnelle, l’application de règles simples, doivent permettre un meilleur confort dans l’exécution des missions confiées par nos clients. EBS vous rappelle ci-après quelques conseils pertinents et précieux. Ceux-ci doivent permettre d’éviter d’éventuels troubles musculo-squelettiques.

Qu’entend-on par troubles musculo-squelettiques ?

Les troubles musculo-squelettiques (TMS) regroupent des affections touchant les muscles, les tendons, les nerfs, les articulations et les os. Les parties du corps les plus fréquemment touchées sont : le dos, les membres supérieurs (épaule, coude, poignet, main) et le cou.
Concernant les membres inférieurs, les TMS sont plus rares et touchent principalement le genou.
L’activité professionnelle peut être à l’origine d’une TMS mais peut également maintenir ou aggraver un trouble musculo-squelettique préexistant. Les métiers de mécanicien ou de conducteur routier ne sont pas épargnés.
Quelle est l’origine des troubles musculo-squelettiques ?
Les TMS résultent d’un déséquilibre entre les capacités physiques du corps et les sollicitations et contraintes auxquelles il est exposé. Ils peuvent apparaître rapidement. Toutefois, ils s’installent le plus souvent de façon progressive après une longue période de sollicitations intensives des parties du corps atteintes.
Quels sont les facteurs favorisant les troubles musculo-squelettiques ?
Les facteurs favorisant les TMS sont multiples. Outre les activités professionnelles et extra-professionnelles, les facteurs individuels jouent également un rôle.
? Les facteurs biomécaniques sont des mouvements de force, des postures extrêmes, telles que les gestes effectués les bras au-dessus des épaules, les mouvements de torsion du poignet, du tronc, la flexion et l’extension du coude, la répétition fréquente du même geste, mais également le travail statique, les vibrations et chocs mécaniques, le froid…
?Les contraintes psychosociales reposent sur la façon dont le travail est perçu par les salariés.
?Les contraintes organisationnelles sont liées aux demandes des clients et à l’environnement de travail.
? Les facteurs individuels sont également à prendre en compte dans l’apparition de cette affection : l’âge, le sexe, ou encore l’état de santé, l’activité sportive intense… etc.

Quels sont les facteurs aggravants ?

Au moins un des facteurs cités ci-après sera toujours impliqué dans une blessure ou un accident de travail.
– l’intensité : une force ou un effort intense peut provoquer des dégâts sur l’organisme.
– le déséquilibre : les gestes anodins ou de faible intensité peuvent provoquer de graves traumatismes si le geste ou le positionnement de l’opération est incorrecte.
– la répétitivité : la répétition de gestes même de faible intensité peut être traumatisante.
– la durée : plus l’effort fourni est long, plus l’impact sur l’organisme sera important.

Quelques idées reçues sur les TMS

Les femmes sont plus atteintes que les hommes : FAUX, tout dépend du poste proprement dit et des tâches effectuées.
Les jeunes sont moins touchés : FAUX, car l’expérience permet de développer des stratégies de protection.
Travailler assis, c’est mieux que de travailler debout : FAUX, tout dépend de la tâche à effectuer et ce qui importe c’est de changer de position à son rythme.
Les « arrêts de travail » prolongés permettent de mieux soigner les lombalgies : FAUX, c’est le mouvement qui soigne car c’est par le mouvement que les muscles se réparent.

Comment les prévenir ?

Essentiellement par la mise en place de démarches de prévention

1- Par le réglage du poste de conduite
Prendre le temps de bien se positionner au volant est gage de confort de conduite. Pour cela, pensez :
– au réglage de l’assise : il est préférable de maintenir l’assise horizontale,
– à l’inclinaison du dossier : légèrement incliné entre 95°et 105°,
– à la hauteur de l’assise : les pieds doivent pouvoir reposer naturellement au sol,
– à l’éloignement du siège : les pieds doivent pouvoir actionner les pédales à fond sans contorsions et le bassin calé au fond du siège,
– au positionnement du volant : bras tendus les paumes des mains doivent être au contact avec la partie supérieure du volant,
– à la courbure du dossier : réglage adapté à la physionomie du conducteur,
– au réglage des rétroviseurs : le réglage des rétroviseurs doit permettre au conducteur d’avoir une bonne vision sans être obligé de se pencher sur l’avant ou sur les côtés.

2- Par la mise en pratique des recommandations gestes et postures
Il s’agit de l’ensemble des méthodes et attitudes physiques recommandées pour réaliser les manipulations ou manutentions.

Les principes de base :
OLYMPUS DIGITAL CAMERA– se rapprocher de la charge : il faut au maximum rapprocher la charge de l’axe du corps pour diminuer l’effort au point d’articulation qui se trouve situé au niveau des vertèbres lombaires,
– utiliser la force des jambes : ce sont les muscles des jambes qu’il faut utiliser en priorité pour soulever une charge en fléchissant les jambes, photo bouteille de gaz

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
– fixer la colonne vertébrale : position naturelle droite et verticale,
– rechercher l’équilibre : veiller à maintenir en permanence de bons appuis avec les pieds et à rester vertical,
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

– abaisser le centre de gravité : pour un meilleur équilibre.
– travailler en traction simple : bras maintenus allongés pour maintenir la charge et non la soulever, photo tuyau sur l’épaule
– être face à la charge : pour éviter les torsions de la colonne vertébrale, photo face à la charge
– adapter la charge à la constitution de l’individu.

 

 

3- Recommandations que chaque salarié peut développer au cours de sa journée de travail pour prévenir et éviter au mieux ces troubles
?Avant de partir :
– bien préparer sa tournée, c’est partir serein, sans stress et réunir les conditions adéquates pour travailler.
– avoir les vêtements adaptés à l’activité physique que l’on va exercer.
– bien s’échauffer.
?En situation de livraison :
– réduire les distances à parcourir avec la charge : à chaque fois que c’est possible, il faut réduire au maximum la distance à parcourir avec la charge à livrer.
– étudier l’environnement chez chaque client : il convient de se poser les bonnes questions et d’anticiper :
.quelle est la configuration chez le client, présence de trottoirs, dégagements… ?
.où sont positionnés les casiers, la cuve, etc…. ?
.comment placer idéalement le véhicule par rapport à ce que j’ai à livrer ?
.comment éviter les mouvements inutiles ?
.quels outils puis-je utiliser ? Escabeau, diable
– bien s’hydrater tout au long de la journée
– se ménager en faisant les bons gestes et en adoptant les bonnes postures
– faire de réelles pauses pour permettre une véritable récupération.
?Au retour :
– Ne pas négliger les étirements.